LE PHARMACIEN A L’HOPITAL : quel est son rôle ?


Quand on parle de « pharmacien », vous pensez immédiatement à votre pharmacien de ville que vous connaissez bien. Mais vous ne pensez pas au pharmacien hospitalier, qui, lui, exerce à l’hôpital ou dans des établissements de santé publics ou privés (une clinique, par exemple).

Quelle est sa formation ? Quelles sont ses missions ? Qu’est-ce que la pharmacie clinique ? Voilà les questions auxquelles nous allons répondre pour mieux connaître le pharmacien hospitalier.

LA FORMATION

Le pharmacien hospitalier suit pendant 5 ans le même cursus universitaire que le pharmacien de ville. Pendant ces 5 ans,  il se forme et se spécialise dans les médicaments et leurs effets. Pour exercer en pharmacie hospitalière, il doit ensuite poursuivre sa formation par  4 années d’internat. C’est au cours de ces 4 années que le pharmacien se forme aux missions spécifiques du pharmacien hospitalier.

LES MISSIONS DU PHARMACIEN HOSPITALIER

Le pharmacien est un professionnel de santé incontournable. Il travaille en collaboration étroite avec les autres professionnels de santé de l’hôpital (les médecins, les infirmières, les diététiciens,…) et fait donc partie de l’équipe soignante qui vous prend en charge lors de vos venues à l’hôpital.

Les missions du pharmacien hospitalier sont nombreuses et très variées :

  • Il gère les achats, l’approvisionnement, la détention et la gestion des médicaments et des dispositifs médicaux stériles. Il s’assure que l’hôpital puisse faire face à toutes les pathologies qui vont se présenter.
  • Il dispense les médicaments et les dispositifs médicaux stériles aux patients hospitalisés et il donne aux patients des conseils de bon usage sur leurs médicaments : posologie, moment de prise, modalités de prise, médicaments à ne pas associer, surveillance… Il s’assure que vos médicaments vous aident à aller mieux.
  • Il assure la préparation de certains médicaments (nutrition parentérale, reconstitution centralisée des chimiothérapies, médicaments radiopharmaceutiques)
  • Il assure la traçabilité de certains médicaments et dispositifs médicaux implantables
  • Il participe aux actions de pharmacovigilance, de matériovigilance et autres vigilances sanitaires
  • Il contrôle les matières premières, les préparations, l’eau pour hémodialyse
  • Il est responsable de la stérilisation des dispositifs médicaux

En plus de ces missions classiques, s’ajoute une discipline en pleine évolution dans les établissements de santé : la pharmacie clinique auprès des patients.

LES MISSIONS DU PHARMACIEN CLINICIEN A L’HÔPITAL

Le pharmacien hospitalier se doit « de mener toute action de pharmacie clinique, à savoir de contribuer à la sécurisation, à la pertinence et à l’efficience du recours aux produits de santé et de concourir à la qualité des soins, en collaboration avec les autres membres de l’équipe de soins et en y associant le patient » (Ordonnance n° 2016-1729 du 15 décembre 2016).

L’analyse pharmaceutique des prescriptions

Pour assurer la dispensation des médicaments aux patients hospitalisés, le pharmacien hospitalier procède en premier lieu à l’analyse pharmaceutique de l’ordonnance. Il s’agit pour le pharmacien de vérifier la posologie, les contre-indications,  le mode d’administration et les éventuelles interactions médicamenteuses,…

L’objectif est d’identifier, de résoudre et de prévenir les problèmes liés à la prise des médicaments. L’analyse des prescriptions doit donc conduire à optimiser votre prise en charge afin d’obtenir l’état de santé recherché.

② La conciliation médicamenteuse

Lors d’une hospitalisation, vous pouvez être amené à rencontrer le pharmacien hospitalier dans le cadre de l’une de ses activités appelée « conciliation médicamenteuse »:

La conciliation médicamenteuse est une activité émergente depuis 2010. Elle vise à assurer la sécurité de la prescription médicamenteuse aux points de transition, c’est-à-dire à l’admission à l’hôpital, à la sortie et/ou lors des transferts entre services. L’objectif est d’éviter les erreurs médicamenteuses pouvant survenir lors du parcours de soins des patients.

La conciliation médicamenteuse présente un intérêt tout particulier chez les personnes âgées. En effet, les personnes âgées ont parfois une ou plusieurs maladies chroniques (insuffisance cardiaque, diabète, insuffisance rénale,…) et prennent alors un grand nombre de médicaments.

La première étape est la conciliation médicamenteuse d’entrée. Elle doit être réalisée le plus tôt possible. Idéalement, dans les 24h suivant votre admission, le pharmacien vient à votre rencontre pour faire le point avec vous sur les médicaments que vous preniez avant l’hospitalisation. Pensez bien à lui communiquer la liste de tous vos médicaments, y compris les médicaments que vous achetez sans ordonnance (médicament pour la douleur, pour dormir, tisanes,..). Le pharmacien peut vous demander le nom de votre médecin traitant, de votre pharmacien, de votre cardiologue, ainsi que votre carte vitale afin de compléter les informations.

La seconde étape est la conciliation de sortie. Juste avant votre retour à la maison, le pharmacien vient  vous expliquer votre ordonnance de sortie :

– Il vous explique  les éventuelles modifications de traitement réalisées pendant        l’hospitalisation.

– Il vous explique les modalités de prise des médicaments et vérifie que vous avez           bien compris le schéma de prise (matin, midi, soir, à jeun,…). Dans le cadre de       l’insuffisance cardiaque, s’agissant d’une maladie chronique, il insiste sur la nécessité          d’une prise régulière des traitements, même en l’absence de symptômes. Il vous   explique la conduite à tenir en cas d’oubli de prise.

–  Il sensibilise le patient aux risques de l’automédication

–  Il peut également réaliser avec vous un plan de prise de      médicaments pour vous         aider dans la gestion de vos traitements à domicile en prenant en compte vos     contraintes et vos habitudes de vie.

L’un des objectifs principaux de la conciliation est de faire le lien entre l’hôpital et la ville. A la sortie du patient, le pharmacien informe les professionnels de santé de ville qui vous suivent  (pharmaciens, médecins,…) des changements de traitement effectués pendant votre hospitalisation.

Lors de ces entretiens avec le pharmacien, n’hésitez pas à lui faire part de vos difficultés par rapport aux médicaments (effets indésirables, organisation lors de voyages,…). Vous pourrez envisager ensemble une solution adaptée.

Fiche réalisée par Murielle Dalle Pécal et Catherine Diviné , pharmaciens hospitaliers, hôpital Albert Chenevier, HU Mondor, Créteil.  En collaboration avec Mr Muller, président association SIC (Novembre 2017)